La presse

Eric & Manuel Chmite

Eric & Manuel Chmite

« Esch c’est sûr est une nouvelle aventure dans ce Luxembourg exotique connu de quelques amateurs de bizarreries. Il y est question d’une histoire de polar le long de la Nationale 4, d’arpenteurs de châteaux, de scampis congelés et de steak au poivre, d’une rivière propice aux relations amoureuses. Enfin, tout ce qui fait la bonne poésie régionaliste de la Haute-Sûre que nous aimons tant. » (Eric et Manuel Chmite)

« Le 83 de la rue Scheuer est un ouvrage indispensable pour ceux et celles qui habitèrent et habiteront encore le domaine enchanté de cette cité aux charmes inouïs » (Annie Diourlauve, Salut les Copines)

« (…) même quand, comme moi, hein, on n’habite au 85, ça fait quand même un choc ce prospectus. Bon, pour ceux qui logent au 87 ou au 79, ou sur le trottoir d’en face, aux alentours du 90, ça doit être autre chose mais bon (…) »(Agathe Deblouze, Interview inédite)

« Comme d’habitude, on s’en paye une bonne tranche avec L.Q.E.D.N.A.P.C.D., non, L.D.Q.C.A.P.N.D.E. plutôt, attendez, ou L.E.D.L.C.P.Q.A. Enfin, leur dernier recueil de blagues est d’une drôlerie à écorner les veufs, non, les œufs plutôt, attendez, ou les nœuds. Enfin… » (Pierre Repp, Le Gamazine lirrétaire)

« Vianden est la suite de Luxemburger Burgenrundfahrt, un minitrip halluciné dans ce pays exotique qu’est le Luxembourg » (La Galzette)

« La Légion Etrange est une opération commando dans les sapinières des arts plastiques, des mercenaires outsider qui occupent une caserne gardée par des lavandières, des intellectuels de l’image qui se nourrissent exclusivement de sauces. Cette expérience des extrêmes vécue par un survivant n’est pas une œuvre de fiction, âmes sensibles s’abstenir. » (L’Echo des Macrales)

« (…) inutile de préciser que Pupuce d’Amour a de fortes chances de remporter le Goncourt cette année, son auteur l’ayant raté de très peu en 2007 avec Je m’appelle Poucinet. » (Bertrand Poireau-Delpêche)

A propos de Notes sur Cézanne:

« Le livre idéal pour lire sur la plage ou au bord des piscines : frais, délassant, facile d’accès tout en étant érudit, un livre comme on les aime nous les femmes… » (Marie Claire)

« L’ouvrage de référence pour tous les amateurs de reliure précieuse et de cuirs rares… » (La Gazette Drouot)

« Une saga émouvante, un voyage hors du commun, une épopée dans laquelle la grande majorité de nos contemporains se reconnaîtront. Nous n’avions plus lu un livre aussi bouleversant depuis « Guerre et paix » de Tolstoï… » (Les Nouvelles Littéraires)

« Je me suis tellement délecté de ces « Notes sur Cézanne », les lisant et relisant sans cesse au coin du feu avec pour seuls compagnons une bouteille de Château Margaux 1982 et la neuvième de Mozart… » (Eric Emmanuel Schmitt)

« Ce livre en tissu s’adresse aux 0-3 ans et sera le meilleur des amis pour notre petit bout’ chou avant d’aller faire dodo… » (Pomme d’Api)

« La dernière fois que j’ai ri comme ça c’était avec « Fais-moi coin-coin » de Sim… » (Marc Herman)

Une « sculpture » dans la vitrine d’une librairie lors des Book Shop Days:

« Cela s’appelle Les Epagneuls Qui Chiquent Des Nems Au Cumin Périmés – ou encore The Nijinski Project –, un projet de Les Editions Qui Changent De Nom A Chaque Parution, le ton est donné. C’est d’un bleu électrique, tout en mousses de polyuréthane et cartons, des néons en sortent ainsi que des livres d’un certain Yvon Givert. Les auteurs de la chose nous disent que tout à été trouvé dans la cave de la librairie – le livre d’Yvon Givert N’aboie plus, Arthur, la lune est malade serait selon eux un excellent matériau de construction proche du gyproc – et que cela fait partie du « concept ». Ils parlent de « petite cosmogonie portative » mais nous n’y voyons qu’ordures peintes, il y aurait selon eux un épagneul mort pris dans le polyuréthane renvoyant à l’objet de Marcel Duchamp A bruit secret, nous n’y entendons qu’infantile machination. Il y a dans cette chose de l’Arte Povera, du Pop Art, de l’assemblage Nouveau Réaliste, ça sent la fin des années ’60, c’est affligeant, à cent lieues de la finesse de contemporains tels que Piet Erdones-Boro ou Eddy ’t Dequinne. Cela tient du monument-hommage potache au 11 septembre et, cela va sans dire, c’est d’un goût plus que douteux. Quant aux Editions Qui Changent De Nom A Chaque Parution, elles sont un bric-à-brac innommable de textes et d’images mal photocopiés réunis en des volumes agrafés à la main avec un amateurisme en dessous de tout. Au nom de la grande et vraie édition nous devons condamner ce genre d’initiative, le tout-venant ne pouvant se targuer d’être éditeur, tout le monde n’est pas Hub Hair Nissen ou Al Bihn Michail, les grands éditeurs qataris tout de même ! Une police des arts devrait intervenir manu militari dans cette vitrine où sera installée cette stupidité faite œuvre pour attentat au bon goût. Et pourquoi pas un service de voierie pour pollution visuelle aggravée si les échevinats de la Culture et de l’Environnement se donnaient enfin la main !»

Eric & Manuel Chmite. Vlan Culture, septembre 2011.

The Nijinsli Project, Librairie Nijinski, Book Shop Days, 10-11 septembre 2011 (sculpture-installation visible jusqu’au 17 septembre)

The Nijinski Project

The Nijinski Project 2011

The Nijinski Project

The Nijinski Project 2011

The Nijinski Project 3

The Nijinski Project 2011

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s